droits enfants

Situation des droits de l’enfant en Côte d’Ivoire

Situation des droits de l'enfant en Côte d'Ivoire

La population ivoirienne est jeune. Là encore, le pays compte environ 42 % de personnes âgées de 0 à 14 ans. Cette population très jeune est confrontée à un niveau de pauvreté élevé ; environ 59% selon la dernière étude de l’Oxford Poverty and Human Development Initiative (OPHI). Malgré les efforts de l’Etat pour améliorer la situation des enfants, la Côte d’Ivoire a encore un long chemin à parcourir pour assurer un cadre propice à la pleine réalisation des droits de l’enfant.

Les enfants en Côte d’Ivoire sont confrontés à de nombreux défis.

25% des enfants ivoiriens ne sont pas enregistrés à l’état civil après leur naissance et ne peuvent donc pas bénéficier de certains droits et privilèges. 37% des femmes mariées l’ont été avant l’âge de 18 ans, une famille sur cinq n’a pas accès à l’eau potable, et le phénomène des enfants vagabonds, également appelés « microbes », est un facteur d’insécurité majeur dans le pays.

Pour en savoir plus : https://www.afrikmag.com/category/lifestyle/

Le terme « microbes » fait référence aux bandes d’enfants et d’adolescents apparues dans les années 2010-2011 lors de la crise post-électorale, dont beaucoup viennent de quartiers pauvres appelés Abobo. La plupart du temps, ils ne vont pas à l’école et ne bénéficient pas d’une alimentation adéquate, de services de santé et d’autres droits fondamentaux. Ils sont constamment victimes de discriminations. Sans excuser ce comportement, cela permet d’expliquer et de montrer comment une meilleure application des droits de l’enfant limiterait ce comportement.

Ils multiplient les agressions d’une rare violence dans la capitale économique de la Côte d’Ivoire, la plupart du temps en volant des voitures aux feux de circulation la nuit : ils attaquent et volent avec des armes (principalement des couteaux, machettes et autres et parfois des armes à feu). Cela peut également se produire en plein jour. En conséquence, les gens ont peur de sortir ou de rentrer tard ou ne s’arrêtent pas aux feux de circulation pour les éviter. Même ceux qui disposent d’un système d’alarme ont peur. Les enfants ont un grand potentiel. C’est pourquoi il est urgent de réfléchir à leurs droits.

Une protection sociale adaptée aux enfants

La protection sociale est essentielle pour prévenir et réduire la pauvreté des enfants et de leurs familles, pour lutter contre les inégalités et pour sensibiliser aux droits des enfants. En outre, il est essentiel que les programmes de protection sociale répondent à la vulnérabilité des enfants en optimisant les effets positifs sur les enfants et en minimisant les conséquences potentielles. La protection sociale adaptée aux enfants s’attaque à la pauvreté chronique, à l’exclusion sociale et aux chocs externes qui affectent les enfants, bien entendu. C’est particulièrement important pour les familles relativement pauvres de Côte d’Ivoire (la Côte d’Ivoire est classée 170e sur 189 pays selon l’indice de développement humain 2018 !) Ils sont, malgré eux, vulnérables aux risques sociaux et aux autres difficultés qui surviennent dans la vie quotidienne.

Lire aussi cet article : https://labidjannais.tumblr.com/post/613042166054420481/5-faits-les-plus-insolites-du-monde

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s